Contrôle parental sur les écrans : protéger son enfant des contenus dangereux et inappropriés

Rien ne peut remplacer votre présence auprès de votre enfant lorsqu’il utilise des écrans. Mais bien entendu, vous ne pouvez pas être constamment à ses côtés... Une série d’outils permettront de lui éviter de mauvaises expériences sur écran et en ligne. Mais le plus important est d’ouvrir le dialogue sur cette thématique !

Évaluer l’article

Vous êtes irremplaçable !

Avant toute chose, si il y a bien une chose à retenir, c’est que vous êtes irremplaçable en tant que parent et qu’il faut dialoguer avec votre enfant. Aucun logiciel de contrôle parental ne remplace votre vigilance ou votre enseignement. Ces outils peuvent vous aider à faire un premier tri entre les contenus, mais ils ne sont pas 100% fiables. De plus, à partir d’un certain âge, votre enfant aura vite fait de comprendre comment le contourner ! Nous avons tous déjà bravé les interdits, cela fait partie de l’apprentissage de la vie…  

 

Contrôle parental : mise en place pratico-pratique

Les paramètres : contenus, actions et horaires

Chaque support (télévision, ordinateur, tablette, etc.) a ses spécificités. L’accès aux différents contenus doit être adapté à l’âge, la maturité et évoluer avec de votre enfant.  

Vous pourrez généralement agir sur les paramètres suivants : 

  • Les contenus : images, vidéos, sons, textes, … 
  • Les actions : accès à certains sites, aux paiements en ligne, … 
  • La durée et les plages horaires : temps d’écran journalier ou hebdomadaire et moments de la journée. 

Les plateformes : du smartphone au streaming

Veillez à paramétrer le contrôle parental sur chaque écran qu’utilise votre enfant. Une fois installé, n’hésitez pas à faire des tests pour vérifier si il fonctionne bien. 

  • Contrôle parental sur smartphone et tablette :  
    • Via votre opérateur : les opérateurs téléphoniques proposent généralement une option de contrôle parental activable depuis l’espace client.  
    • Via l’installation d’applications : il existe des applications gratuites et payantes permettant de contrôler les contenus que votre enfant pourra consulter sur un appareil donné. Sur certaines d’entre elles, votre enfant pourra même vous envoyer une notification afin de vous demander plus d’heures d’accès à l’une ou l’autre application si il souhaite continuer à l’utiliser au-delà du temps imparti. 
  • Contrôle parental sur les plateformes streaming  : dans les paramètres, vous pourrez configurer les accès en fonction de profils adultes ou enfants. 
  • Contrôle parental sur les consoles de jeux vidéo : la classification PEGI (système de classification par âge), les dépenses dans le store (achats en ligne), les fonctionnalités en réseau (chat, partage de contenus, etc.), … La pratique des jeux vidéo n’est plus la même qu’à l’époque. La plupart des consoles de jeux proposent un système de contrôle parental, notamment via des profils pour tous les membres de la famille. 
  • Contrôle parental intégrés sur ordinateur : chaque ordinateur comporte un système de contrôle parental. Ses fonctionnalités sont relativement limitées mais n’hésitez pas à vous renseigner en explorant ses paramètres. 
  • Contrôle parental via les fournisseurs d’accès à Internet : ils sont généralement proposés gratuitement et nécessitent l’installation d’un logiciel. 
  • Contrôle parental sur les réseaux sociaux : beaucoup de réseaux sociaux ne sont théoriquement accessibles qu’à partir d’un certain âge. Mais il est facile pour n’importe quel enfant de tricher et d’y accéder malgré tout.  

 

Ouvrir le dialogue 

Il ne suffit pas de poser quelques questions à un moment donné à votre enfant, puis de « fermer le dossier ». Pour savoir quels types de contenus il consomme et si il est conscient des différents dangers, il faut discuter régulièrement avec lui. La conversation parents-enfant doit faire partie intégrante de l’hygiène familiale. 

Si il a été confronté malgré tout à une image violente ou à des pratiques malveillantes, invitez-le à s’exprimer sur ce qu’il a ressenti pour en minimiser l’impact. Il doit se sentir libre d’échanger, sans se sentir jugé et quel que soit le sujet abordé. La honte ou la peur de se sentir jugé peuvent brider sa parole et il serait alors seul face à un problème qui le dépasse… 

En plus de l’accompagner et de le protéger, l’ouverture du dialogue pourra lui apporter les bénéfices suivants : 

  • développer son intelligence émotionnelle (facilité à exprimer ses émotions) 
  • développer son esprit critique 
  • consolider ses repères et sa représentation du monde 
  • le responsabiliser (autoprotection et autogestion) 

N'hésitez pas à lire l'article  "Enfants et écrans : comment trouver le bon équilibre ?" afin d'en savoir plus sur la façon dont vous pouvez accompagner votre enfant dans son utilisation des écrans. 

 

En bref...

  • Les outils de contrôle parental sont une aide, mais ils ne sont pas infaillibles. Rien ne peut se substituer à votre vigilance
  • Les paramètres du contrôle parental doivent être adaptés et évoluer en fonction de l’âge et de la maturité de votre enfant.
  • Faire des tests une fois le contrôle parental paramétré permet de& vérifier si il fonctionne bien.
  • Le risque zéro n’existe pas. La prise de risque fait aussi partie de la croissance de l’enfant. Élever un enfant, c’est lui apprendre petit à petit à s’auto-protéger et à s’autogérer.
  • Discuter avec son enfant permet de le sensibiliser et de le responsabiliser à propos de cette thématique.

 

Pour en savoir plus :