L'ENFANT ET LE HANDICAP

L'annonce d'un handicap chez un enfant est bien souvent une épreuve difficile à entendre et à vivre pour la famille et l'entourage. Beaucoup d'interrogations et de questions surviennent et il n'est pas toujours simple de trouver des réponses qui vous parlent.

Luc Boland, Président de la « Plateforme Annonce du Handicap », présente des besoins exprimés par des parents d’enfant·s en situation de handicap.

Le·la partenaire enfant·s parent·s (PEP’s) de l'ONE est un·e intervenant·e de proximité pour les familles. À l'occasion d'une visite en consultation, lors d'une visite à domicile ou bien encore pendant une permanence au local de la consultation de l'ONE, il·elle peut apporter au·x parent·s confronté·s au handicap de son·leur enfant, un soutien, ses connaissances sur le développement de l'enfant et sa connaissance du réseau psycho-médico-social en fonction des besoins et des demandes.

 

L’ONE met également à disposition un carnet « Devenir parent(s) ». L’édition 2019 propose, des pages 36 à 38, des thématiques qui pourraient vous intéresser :

  • Oser parler de la déficience
  • Fréquenter un milieu d’accueil
  • Penser à soi

Nous ne recevons que peu d’appels des amis que nous avions avant l’annonce du handicap de Johanna,… La pudeur est un beau sentiment mais elle empêche trop souvent le dialogue. Paradoxalement, nous nous sentons plutôt sereins quand nous abordons le sujet. Je suis sûre que les « autres » nous croient très forts et sont persuadés que nous avons surmonté vaillamment l’épreuve. Mais ils se trompent ou du moins, nous donnons le change mais la réalité est tout autre. Cela reste très pénible pour nous, mais il est difficile d’accepter les mains tendues. »

Carole, maman de Johanna âgée de 18 mois. (Extrait de « Devenir parent(s) » 2019, p. 36).

 

Les lieux de rencontre enfants et parents sont des espaces privilégiés qui accueillent des jeunes enfants jusqu’à 4 ans accompagnés de leur·s parent·s ou d'une personne avec qui ils ont tissé un lien (leur accueillant·e par exemple). 

L'accueil s'effectue en présence de professionnel·le·s et de volontaires qui permettent, par leur accompagnement, de soutenir la relation entre l'enfant et son ou ses parents et de rompre l'isolement social parfois vécu. C’est aussi une opportunité pour rencontrer d’autres parents avec lesquels échanger sur le vécu de « jeune·s » parent·s.

Chacun y est le·la bienvenu·e. Les parents d'enfants en situation de handicap, comme tous les autres parents, peuvent y trouver un espace d'écoute et de dialogue pendant que leur·s enfant·s bénéficie·nt d'un espace de socialisation, de jeux et de détente. 

 

« On peut ajouter que ces familles qui ont un enfant en situation de handicap apportent aussi une grande richesse au lieu. Cela fait partie des objectifs de sensibiliser au handicap et favoriser la tolérance » (…). Certains parents soutiennent d’autres parents en difficulté. [Il y a] de la tolérance et du soutien [de la part des autres parents] ».

Une accueillante du lieu de rencontre « Ami…l’pattes ».

L’annonce du handicap peut faire l’effet d’une bombe. Quand le diagnostic est posé, il permet d’expliquer l’attitude de votre enfant, son retard de développement, ce qui peut permettre d’être soulagé·e·s ainsi des doutes que vous pouviez avoir et du sentiment d’être responsable·s des difficultés de votre enfant. Il arrive que les parents même bien entourés se sentent dépourvus ou peu soutenus. Outre le soutien du monde médical, il est vital pour les parents d’avoir quelqu’un vers qui se tourner. Les groupes de parole de parents peuvent contribuer à rompre cet isolement.

« Entre parents d’enfant en situation de handicap pas de malaise les choses peuvent se dire et s’entendre parce qu’elles sont vécues. Pas de jugement, pas de maladresses, chacun vient avec son expérience et ses questions : un espace où déposer ce que l’on vit, où se poser parmi ses pairs. »

Extrait du webdoc « Comment en parler ? »

Dans l’Air de famille suivant, vous trouverez des informations à ce propos.

Le webdoc complète utilement cette courte vidéo.

Luc Boland a créé, en collaboration avec un grand nombre d’associations de parents et de professionnel·le·s, une plateforme appelée « Plateforme Annonce du Handicap ». Celle-ci met une foule d’outils à disposition dont un site internet avec plusieurs entrées : parents, personnes en situation de handicap, fratrie et professionnel·le·s. Nous vous invitons à y découvrir des informations fouillées.

 

Comment donner du temps et une place à chaque enfant de la fratrie lorsque l'un d'eux est en situation de handicap ?

Vous trouverez plusieurs pistes dans l’Air de familles ci-dessous mais surtout dans le webdoc qui l’accompagne. Nous vous invitons également à découvrir le travail réalisé par l’asbl FratriHa.

Il est possible d’accueillir un enfant en situation de handicap au-delà de 3 ans. Cela implique, pour le milieu d’accueil, une demande de dérogation auprès de l’ONE. Vous pouvez en parler avec les professionnel·le·s qui accueillent votre enfant.

Déterminer le moment le plus approprié, à partir de 2 ans et demi, pour que son enfant fréquente l’école peut soulever, chez le·s parent·s, beaucoup de questions. Quelles que soient ses spécificités, vous avez la possibilité, une fois votre décision prise, d’en discuter avec le·la·les professionnel·le·s qui accueille·nt votre enfant au quotidien. Avec eux, vous serez amenés à réfléchir à la manière la plus adéquate pour que votre enfant vive cette transition en douceur.

Votre enfant, et vous, bénéficiez peut-être déjà des apports des services d’accompagnement (Bruxelles Capitale) ou des services d’aide précoce (Région wallonne). Ceux-ci peuvent aussi, dans la réflexion autour du passage vers l'école,jouer un rôle précieux.

Le centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme propose une brochure explicative "À l'école de ton choix avec un handicap : les aménagements raisonnables dans l'enseignement" pour informer les élèves, les parents, les équipes éducatives, les directions d'établissement scolaires et les acteurs du monde de l'enseignement sur ces possibilités. Cette brochure est consultable sur le site du centre pour l'égalité des chances.

POUR PLUS D'INFORMATIONS

L’accueil de tou·te·s est prévu par l’Arrêté Code de qualité et de l’accueil. Cela concerne donc évidemment les accueils extrascolaires et les centres de vacances (plaines).

Les avantages de l’inclusion dans le secteur de l’accueil des enfants à partir de 3 ans extrascolaire sont multiples :

  • pour tous les enfants: ils mobilisent des compétences inédites, rencontrent d’autres enfants et peuvent ainsi se faire de nouveaux amis ; les enfants ont l’occasion de développer des valeurs d’ouverture à l’autre et d’acceptation, de solidarité : ils peuvent poser un regard positif sur toutes les formes de diversité ;
  • pour les familles : cela leur permet de concilier leurs horaires professionnels et ceux de l’école/institution tout en s’accordant du répit ;
  • pour les professionnel·le·s : les aménagements parfois nécessaires permettent aux équipes des lieux d’accueil 3·12 ans d'accroitre leurs compétences professionnelles en étant confrontés à de nouvelles questions. Bref, l’inclusion contribue à l’essor d’une société ouverte à la différence où chaque personne est incluse.

Un Air de familles aborde cette thématique et un webdoc, « Tous différents », est disponible pour aller plus loin.