D’une approche centrée sur la particularité à une approche centrée sur les compétences

Un important travail de réflexion, s’inspirant largement des apports du réseau européen DECET, a été mené au sein de l’ONE pour passer d’une vision déficitaire où les professionnel·le·s voient d’abord la déficience de l’enfant, considèrent qu’il faut donner des conseils aux parents, … à une vision où chaque acteur, enfant, parent, professionnel·le, est reconnu comme compétent et apte. La valorisation des compétences de chacun est essentielle : c’est en mobilisant les ressources de tou·te·s les acteur·trice·s que la qualité peut être assurée. L’approche que nous défendons consiste à se baser sur les compétences de l’enfant plutôt qu’à stigmatiser la déficience.

Ces compétences s’exercent et s’épanouissent grâce à une prise en compte des besoins individuels (importance accordée à chaque enfant) et des besoins collectifs (importance accordée à la dynamique du groupe). Car, si les enfants sont compétents, ils le sont aussi et surtout en interaction avec les autres, chacun à leur manière. Il est donc important de veiller à mettre en œuvre des conditions favorisant une interdépendance entre tou·te·s. Une interdépendance parce que chacun a besoin de l’autre, et réciproquement : « Ensemble, on va plus loin ».

L’importance du regard que l’on porte sur l’enfant

Le regard que l’on porte sur l’enfant a des répercussions importantes sur la manière dont le rapport à cet enfant est pris en compte. Il en va de même pour la relation à ses parents, la vision que les professionnel·le·s ont de leurs compétences professionnelles.