La psychomotricité, c’est quoi ?

Pratiquée en milieu d’accueil, en consultation, en stage ou encore à l’école, la psychomotricité est un outil de développement pour le corps, la tête et la relation à l’autre. Découvrez ses bénéfices pour l’enfant.

Évaluer l’article

La psychomotricité, pourquoi c’est important ?

Le mouvement est un pillier du développement global de l’enfant. Mais à l’heure actuelle, il y a peu d’espaces où les enfants peuvent bouger en liberté dans nos habitations et ils ont moins d’opportunités de faire des jeux spontanés dans la rue, les parcs, les champs… La psychomotricité pallie dès lors ce manque, en permettant à l’enfant de développer, dans un espace sécurisant, ses capacités motrices, mais aussi affectives et cognitives.

La pratique de la psychomotricité habitue l’enfant à utiliser son corps, à bouger pour le plaisir. Or, un enfant à l’aise avec son corps est mieux dans sa peau de manière générale. Il sera aussi plus enclin à se lancer dans des activités physiques régulières et à intégrer technique et discipline lorsqu’il sera en âge de faire du sport.

La pratique de la psychomotricité facilite aussi l’accès à certaines notions que l’on rencontre durant la scolarité : la géométrie, la notion d’espace, la socialisation, le respect des règles qui régissent un groupe…

 

La psychomotricité, comment ça se passe ?

Durant une séance de psychomotricité, l’enfant a accès à du matériel adapté à ses compétences et à un accompagnement. On ne lui apprend pas les choses : on le laisse explorer, trouver ses solutions. Il découvre par exemple comment descendre seul d’un module sur lequel il est monté parce qu’il en avait l’envie et la capacité (à l’inverse de l’enfant que l’on fait monter sur un toboggan et qui panique en haut parce qu’il n’ose pas se lancer dans la pente…). On nomme aussi ses expériences : le haut, le bas, derrière, devant, dessous, l’autre, le temps qui passe… Ainsi, ces notions abstraites prennent du sens.

 

Quelles sont les différentes formes de psychomotricité ?

Il n’y a pas qu’un seul courant de la psychomotricité et, selon l’âge et le développement de l’enfant, cette pratique se modifie. Eh oui, la psychomotricité s’adresse aussi bien aux bébés qu’aux enfants de maternelle et de primaire ! Globalement, on différencie :

  • La psychomotricité rééducative, qui vise surtout les enfants présentant un retard moteur, un handicap ou un trouble de la personnalité.
  • La psychomotricité éducative, pour laquelle il y a 2 grandes approches :
    • L’approche relationnelle : l’enfant est dans un jeu assez spontané et le maître de psychomotricité l’accompagne surtout en l’observant. Elle vise à aider l’enfant dans son expressivité.
    • L’approche perceptivo-motrice : elle vise le développement des grands mouvements fondamentaux (la marche, la course, les sauts, les rotations…) et des aptitudes perceptives (visuelles, auditives et kinesthésiques).

 

La psychomotricité, en consultation ONE ?

Les ateliers de psychomotricité en consultation ONE se concentrent principalement sur la relation entre le parent et son enfant en bas âge. Les parents découvrent comment bouge réellement l’enfant, ce qu’il est capable de faire, comment il trouve ses solutions, et le soutiennent dans ses découvertes.

Le parent ressort d’habitude rassuré. Voir son enfant monter et redescendre habilement d’un module d’un mètre de haut rend moins anxieux lorsqu’il se lance ensuite dans un escalier... L’enfant sent son parent rassuré et cela booste sa confiance en lui.

De plus, cette activité à la consultation est un moment de rencontre, hors du temps. L’enfant se sent à la fois libre et sécurisé. C’est l’autonomie rêvée !

Trouvez une consultation proche de chez vous et contactez-la pour connaitre les prochains ateliers de psychomotricité.

 

La psychomotricité, pour en savoir plus…

Air de familles “Psychomotricité : mode d’emploi ?”