Journée internationale des Droits de l’enfant

Chaque année à la date du 20 novembre, nous fêtons la journée internationale des droits de l’enfant. L’occasion de revenir sur l’importance des loisirs pour le développement des plus jeunes.

Évaluer l’article

30 ans depuis la ratification de la Convention par la Belgique

Le 20 novembre 1989, la Convention Internationale des droits de l’Enfant (CIDE) était adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies. Cet accord définit l’ensemble des droits civils, économiques, politiques, sociaux et culturels des enfants.

En Belgique, nous célébrons cette année le 30ième anniversaire de la ratification de la CIDE par notre pays (le 16 décembre 1991). Cela signifie que la Belgique s’est engagée à mettre ses propres lois en conformité avec le texte.

 

Quels sont les droits de l’enfant ?

Les enfants n’ont pas de pouvoir dans la société. Du point de vue économique et politique, ils n’ont ni argent ni droit de vote par exemple. Cela les rend plus vulnérables que les adultes. C’est pourquoi il faut les protéger doublement, avec des droits conçus à leur hauteur, en plus de ceux qui sont garantis par la Déclaration des droits de l’Homme.

Parmi les droits spécifiques aux enfants, on retrouve notamment :

  • Des droits civils : droit à la vie, à la nationalité, à la vie privée, à la non-discrimination, …
  • Des droits économiques : protection contre l’exploitation au travail, à la sécurité sociale, ...
  • Des droits politiques : liberté d’expression, protection contre les mauvais traitements, …
  • Des droits sociaux : santé, nutrition, adoption, …
  • Des droits culturels : éducation, culture, loisirs, …

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.

 

Le droit aux loisirs

Le droit à la protection, à l’éducation, à la santé, à l’expression et à la non-discrimination font partie des droits fondamentaux des enfants. Parmi leurs droits, on retrouve aussi celui au temps libre…

"Les Etats parties reconnaissent à l'enfant le droit au repos et aux loisirs, de se livrer au jeu et à des activités récréatives propres à son âge, et de participer librement à la vie culturelle et artistique." (article 31.1. de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant).

 

Le temps libre, une forme d’éducation

Avoir du temps libre est important pour le développement des enfants. Ils ont besoin de temps pour rêver, essayer de nouvelles activités, évoluer dans un environnement plus souple et moins formalisé que celui de l’école ou parfois, celui de la famille.

"En général, dans les activités de temps libre, les jeunes sont plus associés à l’organisation des activités, ils participent plus, ils ont plus le droit à l’expression que dans une organisation bien cadrée et structurée comme l’école. Les deux sont complémentaires (et) importants pour faire en sorte que l’enfant grandisse bien et de manière harmonieuse." (Bernard De Vos, délégué général aux Droits de l’Enfant)

Les loisirs sont aussi un temps pour se divertir : s’amuser, sortir de chez soi, faire ce que l’on aime, rencontrer d’autres jeunes, se faire de nouveaux amis, apprendre autrement et d’autres choses que celles apprises en famille et à l’école, ... Le temps libre, proposé ou non par une école de devoirs, un accueil extrascolaire, un mouvement de jeunesse, un club sportif, une académie, une maison des jeunes, etc. est un temps d’éducation et de développement pour les enfants et les jeunes.

 

L’impact de la crise sanitaire : des initiatives pour maintenir le lien social

Les enfants sont un public vulnérable qui a lui aussi souffert du contexte lié à la pandémie. En tant qu’adultes, parents comme professionnels ont du faire preuve d’imagination pour les protéger, les éduquer, mais aussi pour les « occuper ».

Pour freiner la propagation du Covid-19, il a été vivement conseillé aux services d’accueil temps libre de favoriser les activités en extérieur. Les écoles de devoirs, mouvements de jeunesse et autres lieux d’activités culturelles et sportives, ont dû adapter leurs activités, leurs programmes et l’organisation des espaces d’accueil…

C’est aussi en raison de ce contexte que l’ONE a mis en place une série d’initiatives concernant l’aménagement des espaces extérieurs dans les lieux d’accueil :

  • équipements des milieux d’accueil,
  • recherches en collaboration avec l’Université de Liège,
  • sensibilisation auprès des acteurs de terrain,
  • élargissement de l’offre de formations continues via le RIEPP, etc.

D‘autres initiatives sont également nées au niveau local. Par exemple, plusieurs associations de jeunes ont décidé de créer des groupes de discussion et des activités en ligne afin de garder le contact avec leur jeune public, notamment via les réseaux sociaux. Malheureusement, certains enfants n’ont pas de moyen de connexion à accès à internet chez eux et n’ont pas pu en profiter …

 

L’inégalité face à la crise sanitaire

Si certains enfants ont passé les différents confinements dans une maisons 4 façades, avec jardin et piscine, ce n’était pas le cas pour d’autres. Des enfants l’ont vécu plus difficilement, par exemple en famille nombreuse dans un appartement, sans accès à l’extérieur ni connexion internet… Cette constatation nous rappelle à la fois l’importance de droits garantissant le bien-être et la protection des enfants, mais aussi celui des lieux d’accueil.

 

Pour en savoir plus :