Les écrans ont-ils aidé les parents pendant le confinement ?

Télétravail, appels vidéo avec des proches, télévision et/ou tablette pour occuper les enfants … Les écrans, souvent critiqués car trop présents et néfastes pour les plus petits, ont-ils aidé les parents pendant le confinement ?

Évaluer l’article

Avant le confinement, de nombreux messages de prévention, y compris de la part de l’ONE, étaient véhiculés afin de limiter l’utilisation des écrans chez les enfants et, en particulier, les tout petits.

Pendant le confinement, vous vous êtes adaptés comme vous avez pu, et les règles autour des écrans ont peut-être été (légèrement) modifiées. Vous avez été nombreux à témoigner de votre réalité et à nous faire part de vos questionnements, suite à l’appel lancé sur la page Facebook de l’ONE.

« Comme la plupart des parents, on essaye d'éviter un max les écrans mais ayant été en télétravail, seule à la maison avec une puce de 27 mois, Mickey a été mon ami pour me permettre, par moments de pouvoir travailler "tranquillement" et pouvoir occuper un peu ma puce.... (...)»

Usages et limites des écrans


Cette utilisation différente vous questionne.... Par moments, les écrans ont permis que ce confinement puisse se passer plus facilement !

« Coucou aux mamys (2x15min/jour) + 30 min de Peppa Pig en anglais quasi tous les jours pendant que je faisais le repas... Elle a 2 ans... Pas top mais on fait ce qu'on peut ... »

Malgré tout, vous êtes nombreux à avoir pu fixer des limites, bien qu’élargies.

« J’avoue que la console et la télé occupent bien plus notre petit garçon de 5 ans depuis le confinement. On regarde beaucoup moins au temps qu’il y passe même si c’est encore limité, bien sûr ! Cependant, on essaie toujours que ça soit un minimum enrichissant (...) et pour la console, pas de jeux violents, mais plutôt des jeux de stratégie, qui demandent de l'observation et de la réflexion. »

Les écrans vous ont permis d’avoir des moments de pause, pour pouvoir télétravailler, mais aussi de garder le lien avec vos proches, et d’accompagner les enfants dans leur scolarité.

« Presque 3 ans. Toujours pas de TV ou tablette. Mais plus d'appels vidéo avec la famille qu'avant. Et le téléphone pour faire des photos, (...). »

« Mon fils de 5 ans ne connaissait pas la tablette… jusqu'au confinement ! Ça a commencé avec les jeux/exercices envoyés par son institutrice, qu'il faisait pendant que je télétravaillais. Puis, de fil en aiguille, il a découvert qu'il y avait d'autres jeux, beaucoup moins éducatifs, (...). »

Le confinement a fait bouger les règles de toute la société, y compris au sein de vos familles. Via les écrans, vos enfants ont découvert d’autres choses : des programmes éducatifs, des jeux en d’autres langues… Ils ont pu très vite y passer trop de temps et venir questionner les règles et les limites fixées !

« Je suis contre à la base. Mon fils de 5 ans, regarde la télé du matin au soir depuis le confinement. Heureusement, que je n'ai pas la PlayStation.  Il a joué quelques fois sur mon GSM et regardé des dessins animés. J'avais accepté car il m'a dit : "Maman, je peux regarder un dessin animé en anglais, c'est intéressant ?". Même si la technologie représente un avantage , les enfants (et les adultes) sont très vite accros. Plus moyen de mettre des limites, de demander d'arrêter pour manger ou faire des devoirs. On va dire que pendant le confinement, j'acceptais un peu d'excès. Mais dès le retour à la vie normale, diminution des écrans d'office ! » 

Certains d’entre vous ont pu tenir bon, malgré tout, face à cette omniprésence des écrans, et ne pas changer les règles habituelles.

« On n'a rien changé à notre fonctionnement habituel (…). Aux écrans, on privilégie les livres-CD, la Lunii, la radio-cassette, le MagiBook (…)».

 

Adaptation et flexibilité


Vous avez fait face au confinement dans des contextes bien différents. Vous avez fait en sorte de garder le contact avec vos proches ou vous vous êtes improvisés instituteur, animateur, ...

De nombreux parents ont culpabilisé de permettre un usage plus intensif des écrans, tout en prenant du recul et en se disant que c’était temporaire. Mais nous sommes comprenons qu'un retour en arrière n’est pas toujours évident !

Même si les écrans sont précieux pour occuper les enfants, nous vous invitons à rester vigilants quant l'utilisation qu'en font les vôtres et à les accompagner. Mais n’oubliez pas qu’il n’y a pas de quoi culpabiliser : dans chaque situation de vie, on s’adapte comme on peut 


Pour plus d'informations 

 

N.B. Les témoignages repris dans cet article ont été récoltés sur base d’un appel lancé sur notre page Facebook le 29 mai 2020. Par ailleurs, nous sommes toujours intéressés par votre expérience en tant que parent, n'hésitez pas à nous la partager !