Cinq axes

Plus précisément, la promotion de la santé à l'école se décline en cinq axes:

  1. Le suivi médical des élèves qui comprend les bilan de santé individuels et le programme de vaccination. Ce suivi est effectué en collaboration avec les parents ou le milieu familial de l'élève et les professionnels intervenant dans le cadre de la prise en charge individuelle de la santé des jeunes. Chaque élève bénéficiera de plusieurs bilans de santé: 2 en maternelle et 3 bilans entre la première et la sixième année primaire. Des bilans de santé supplémentaires, en raison de risques particuliers ou imprévisibles ainsi que pour renforcer l'égalité des chances en santé, peuvent également avoir lieu.
     
  2. L'établissement d'un recueil standardisé de données sanitaires qui doit contribuer à une définition des besoins locaux en matière de santé et à l'élaboration d'une politique communautaire pour la santé des jeunes. Il permettra d'effectuer des analyses sur l'évolution de la santé des enfants en âge scolaire et des comparaisons entre régions. Ce recueil reprend des données relatives à la signalétique, à la vaccination, à la biométrie (poids, taille, indice de masse corporelle, vue) et au suivi de l'élève lorsque cela s'avère nécessaire.
     
  3. La prophylaxie et le dépistage des maladie transmissibles. A cette fin, le centre ou le service désigne en son sein un médecin responsable pour chaque établissement scolaire. Ce médecin a notamment pour missions de prévoir et d'actualiser les conduites à tenir en cas d'urgence sanitaire, de prendre des mesures individuelles ou générales d'ordre prophylactique, de donner des conseils en vue de réduire la propagation des affections contagieuses, tant dans l'établissement qu'en dehors de celui-ci, et de procéder à une visite des installations de l'école, orientée sur la promotion d'un environnement scolaire favorable à la santé et au bien-être des enfants. Il est tenu de déclarer au médecin inspecteur d'hygiène les maladies suivantes: diphtérie, méningococcie, poliomyélite, gastro-entérite infectieuse, hépatite A, infection à streptocoques béta-hémolytique du groupe A (y compris la scarlatine), tuberculose, coqueluche, oreillons, rougeole, rubéole. 
    Il déclare également les maladies suivantes quand elles prennent de l'extension: gale, impétigo, molluscum contagiosum, teigne du cuir chevelu, pédiculose, verrue plantaire et athlète's foot, varicelle et zona. 
    Le médecin inspecteur d'hygiène peut lui offrir un soutien et fournir des informations et des conseils sur les procédures à suivre. 
    Afin de promouvoir un environnement scolaire favorable à la santé, le médecin scolaire procède à une visite des classes, cantines, cours de récréation et installations sanitaires et ce, en collaboration avec l'établissement scolaire. Cette visite est complémentaire à celles des autres partenaires externes actifs dans les domaines du bien-être, de la prévention, de la sécurité, de la salubrité et de l'hygiène (services internes et externes de prévention et de protection au travail, AFSCA, service régional d'incendie, etc.).
     
  4. La mise en place de programmes de promotion de la santé et de promotion d'un environnement scolaire favorable à la santé. Chaque service ou centre développe un projet de service. Celui-ci définit la politique de santé que le centre ou le service entend développer pour les établissements scolaires sur base des besoins de ceux-ci et des priorités de santé publique établies dans le programme quinquennal de promotion de la santé.
     
  5. L'organisation de points-santé. Le service ou le centre organise un point-santé lorsqu'il a sous tutelle des étudiants de l'enseignement supérieur hors universités. Le point-santé est une permanence gratuite et ouverte à tous, permettant d'une part, la meilleure accessibilité aux étudiants dans une totale confidentialité et d'autre part, l'écoute et le dialogue, l'orientation vers un suivi médical curatif si nécessaire, et la gestion des éventuelles situations d'urgence.
0 Brochure(s) sélectionnée(s)