FAQ coronavirus

Accueil

  • Si un enfant présente un des symptômes liés au Coronavirus (voir ci-dessous rubrique "Tous professionnels"), il ne pourra pas fréquenter la structure d’accueil. 
     
  • De manière générale, si un enfant est malade et présente une altération de l’état général, il ne pourra pas fréquenter le milieu d’accueil.
     
  • Si un enfant est atteint d’une maladie chronique et que son médecin juge qu’il serait à risque de développer des formes graves de COVID-19. Si c’est le cas, il est recommandé que l’enfant ne fréquente pas le milieu d’accueil. Il est recommandé aux parents de contacter le médecin de leur enfant pour faire le point sur son état de santé.

 

  • Sur base des connaissances actuelles, les enfants en bonne santé encourent très peu de risques de développer des formes sévères de la maladie. En effet, même si les enfants peuvent eux aussi être infectés par le virus, tout comme les adultes, la plupart du temps ils ne tombent pas malades et présentent peu de symptômes, voire pas de symptômes du tout (formes asymptomatiques). Certaines études suggèrent que les enfants seraient aussi fréquemment infectés que les adultes mais que l’infection reste chez eux silencieuse (enfants asymptomatiques). De plus, parmi tous les cas recensés chez les enfants dans le monde, les infections graves sont très rares.

  • En crèche ou chez une accueillante, en école de devoirs ou à l’accueil extrascolaire, des consignes concernant les mesures organisationnelles, sanitaires, d’hygiène et de nettoyage vous ont été données pour limiter le risque de transmission du virus dans la collectivité. Les parents ont été informés de la mise en place de ces mesures.

Si un enfant souffre d’une maladie chronique, il est recommandé aux parents de contacter le médecin qui suit leur enfant afin de faire le point sur son état de santé. Ce dernier déterminera si l’enfant est considéré comme à risque de développer des formes sévères de COVID-19. Si c’est le cas, il est recommandé que l’enfant ne fréquente pas le milieu d’accueil ou l’accueil extrascolaire dans la première phase de déconfinement.

Non. Comme pour toute maladie, excepté pour la tuberculose, vous ne pouvez exiger un certificat de non contagiosité ni un certificat de retour pour réintégrer La structure d’accueil.

  • Dès le moindre symptôme suspect, vous devez contacter les parents afin qu’ils viennent le plus vite possible chercher leur enfant. Celui-ci devra ensuite être isolé au domicile. Les parents seront invités à contacter le médecin de l’enfant et à suivre ses recommandations.
     
  • En attendant l’arrivée des parents, afin de limiter le risque de contamination, l’enfant sera idéalement isolé des autres enfants, dans un local séparé, en présence d’un adulte qui portera un masque.
     
  • Après le départ de l’enfant, le personnel accordera une attention particulière au nettoyage et à la désinfection des lieux fréquentés par l’enfant malade.
     
  • Par ailleurs, comme pour toute maladie (excepté pour la Tuberculose), vous ne pouvez pas demander aux parents qu’ils fournissent un « certificat de non contagion » pour réintégrer le milieu d’accueil.

Le port de masques en tissu doit être envisagé par les professionnels de l’accueil qui ont un contact régulier avec le public dans des environnements fermés et qui ne peuvent respecter les mesures de distanciation physique vis-à-vis des enfants accueillis.

Le port de masque complète les gestes barrière mais ne se substitue en aucun cas aux autres mesures d’hygiène. Les professionnels de l’accueil sont invités à porter ce masque dans les lieux communs (couloirs, vestibule…) du milieu d’accueil ainsi que lors du temps de présence des parents, matin et soir. Durant la journée, en section, le port du masque reste facultatif.

Le port de masque est notamment recommandé dans les situations suivantes :

  • Lors de l’accueil du parent à l’entrée de la structure ;
  • Lors du change et tout soin prodigué à l’enfant ;
  • Lorsque vous êtes en présence d’autres membres du personnel dans une même pièce.

Si le port de masque se fait de manière discontinue sur la journée, il est dès lors impératif de bien respecter les bonnes conditions d’utilisation du masque afin de limiter les risques de contamination.

Accueil petite enfance

  • Depuis le 4 mai, tous les enfants, sans distinction, peuvent à nouveau fréquenter leur milieu d’accueil, à l’exception de l’enfant malade. Les familles reprennent progressivement leur activité professionnelle et les milieux d’accueil accueillent donc les enfants, sauf raison médicale ou d’écartement en raison d’une décision de mise en quarantaine.
     
  • Des mesures ont été prises par le Conseil d’Administration de l’ONE. Les modalités pratiques de celles-ci seront communiquées dans le courant de la semaine du 25 mai.

 

  • Oui, si l’enfant ne présente aucun symptôme lié au coronavirus, et aucun autre symptôme de maladie infectieuse ou d’altération de l’état général. 
     
  • Oui, si l’enfant n’est pas considéré par son médecin comme étant à risque de développer des formes sévères de COVID-19. Si un enfant est atteint d’une maladie chronique, il est recommandé aux parents de contacter son médecin. Les enfants à risque de développer des formes sévères de COVID-19 ne doivent pas fréquenter le milieu d’accueil dans la première phase de déconfinement. En cas de doute, contactez le médecin de votre milieu d’accueil ou le conseiller pédiatre de l’ONE.

Nous vous recommandons un temps de préparation pour :

  • répondre aux questions des parents, vous aider à les rassurer quant aux conditions d’accueil de leur enfant ;
  • revoir l’organisation durant cette période afin de réduire les risques de contamination :
    • en assurant la désinfection des locaux avant la réouverture,
    • en privilégiant les petits groupes d’enfants (une dizaine),
    • en évitant les regroupements d’enfants en début et fin de journée,
    • en respectant la distanciation physique entre adultes,
    • en mettant à disposition du gel hydro-alcoolique tant pour les parents que le personnel

Une prise de contact professionnel de l’enfance/parents est indispensable pour un échange d’information afin de :

  • planifier les présences journalières,
  • prendre des nouvelles de l’enfant et de sa famille,
  • préciser l’organisation de la crèche/de l’accueillante,
  • expliquer les règles d’hygiène et les mesures « barrière »,
  • soulever les points d’attention en matière de santé de l’enfant : vérifier avec les parents que l’enfant a bien reçu les vaccinations prévues pour son âge, leur rappeler de se munir de son carnet de santé avec les coordonnées du médecin traitant ou du pédiatre,… 
  • répondre aux interrogations des parents.

 

Si un enfant souffre d’une maladie chronique, il est recommandé aux parents de contacter le médecin qui suit leur enfant afin de faire le point sur son état de santé. Ce dernier déterminera s’il est considéré comme à risque de développer des formes sévères de COVID-19. Si c’est le cas, il est recommandé que l’enfant ne fréquente pas le milieu d’accueil dans la première phase de déconfinement.

 

  • Les crèches et les accueillant(e)s d’enfants reprennent progressivement leurs activités.
     
  • Un moment de « re-familiarisation » est indispensable pour chacun. Dès lors, un échange d’informations avec les parents est utile :
    • A propos de l’évolution de l’enfant ; un jeune enfant change beaucoup et en 2 mois de temps, il peut avoir développé de nouvelles acquisitions motrices ou ses habitudes concernant l’alimentation peuvent avoir changé ou encore… Ces informations sont donc très importantes pour vous aider à comprendre ce qui pourrait avoir changé depuis le dernier jour d’accueil de l’enfant.
    • Sur ce qui s’est passé depuis le début du déconfinement. Plusieurs mois se sont passés et, pour le jeune enfant, le souvenir des expériences passées est ténu. Il importe de lui laisser le temps de retrouver, en la présence des parents, les lieux et le professionnel qui l’accompagnait.
    • Sur les questions que les parents se posent par rapport à ce qui se passe dans le milieu d’accueil.
      Il est possible que des échanges d’informations se fassent par visioconférence.
       
  • Les enfants seront accueillis dans un même groupe de vie.
     

Un seul parent, idéalement le même, emmène l’enfant à la crèche ou chez l’accueillante et porte un masque. Il est invité à se laver les mains ou utiliser du gel hydroalcoolique lors de son accueil qui se déroule, soit à l’entrée de la crèche, soit à l’entrée de la section, sans y entrer. Le parent qui emmène l’enfant :

  • Ne doit pas faire partie des personnes à risque ;
  • Ne doit pas présenter de symptômes de COVID-19 (fièvre, toux, difficulté respiratoire, ou autre symptôme compatible avec une infection COVID-19).

L’accueillante veiller à respecter et faire respecter les mesures de distanciation physique : ne pas serrer la main, ni embrasser et si possible, préférer les escaliers à l’ascenseur.

L’enfant peut cependant passer des bras des parents vers l’encadrante en toute sérénité. Limitez le temps d’échange oral présentiel avec le parent. Un temps d’échange plus important par téléphone peut être suggéré, de part et d’autres, si des inquiétudes subsistent.
 

Nous recommandons de permettre que l’enfant vienne avec son doudou ou/et sa tétine mais d’éviter d’apporter ses jeux personnels.

  • Nous vous avons transmis des recommandations afin que chaque équipe de crèche puisse rencontrer au mieux les besoins des enfants, répondre aux interrogations des parents, accompagner chaque professionnel afin d’offrir un accueil de qualité durant cette période de transition. Par exemple :
    • Ne pas regrouper les enfants des différents groupes.
    • Maintenir le même personnel d’encadrement dans un même groupe, dans la mesure du possible.
    • Inviter le personnel à rester dans sa section.
    • Éviter l’entrée dans la section de tout autre adulte que le personnel d’encadrement spécifique. Les autres adultes restent dans l’encadrement de la porte et portent un masque.
    • Ne pas organiser d’activités collectives ou de repas communs aux différents groupes d’enfants.
    • Ne pas partager le matériel et les jouets entre les groupes d’enfants.
       
  • Par ailleurs, nous vous invitons à privilégier les activités à l’extérieur avec un groupe d’enfants dans un même espace.  La promenade peut aussi être une possibilité.

Si un enfant présente des symptômes de COVID-19 (voir rubrique « Divers ») en cours d’accueil, vous devez immédiatement appeler les parents pour les informer et pour que l’un d’entre eux vienne le chercher le plus tôt possible. L’enfant devra être isolé au domicile, et les parents devront contacter le médecin de l’enfant et suivre ses recommandations. En attendant que le parent vienne rechercher son enfant, il faudra garder l’enfant symptomatique à l’écart des autres enfants jusqu’à son départ. Un seul membre du personnel devra rester auprès de l’enfant malade en attendant son départ. Pour en savoir plus sur les mesures à prendre dans ce cas : voir FAQ suivante.

En attendant l’arrivée du parent, et afin de limiter le risque de contamination, dans la mesure du possible :

  • L’enfant doit idéalement être isolé des autres enfants dans un local séparé, et en présence d’un adulte ;
  • Un seul membre du personnel devra s’occuper de lui en attendant son départ ;
  • Le membre du personnel qui s’occupe de l’enfant devra porter un masque. S’il n’y a pas de masque dans le milieu d’accueil, un foulard en tissu (ex. : en coton) peut également être utilisé ;
  • Le lavage et la désinfection des mains sont à intensifier pour la personne qui s’occupe de l’enfant.

 

Après le départ de l’enfant :

  • Le membre du personnel qui s’est occupé de l’enfant devra se laver les mains correctement après le départ de l’enfant ;
  • Le nettoyage et désinfection des lieux fréquentés par l’enfant malade devra se faire de façon minutieuse avec une attention particulière pour les points critiques (cf. FAQ sur les mesures d’hygiène)

En matière de remboursement de la participation financière déjà payée, il est demandé aux parents de n’exercer aucune pression sur les milieux d’accueil qui sont fragilisés durant la période de confinement.

Le Gouvernement a prévu, si les parents ont déjà payé la participation financière pour toute ou partie de la période du 16 mars au 17 mai, que le milieu d’accueil dispose d’un délai de 3 mois à compter du 1er avril 2020 pour leur rembourser l’entièreté de cette somme.

L’ONE avait déjà accepté, pour aider à recruter, si nécessaire, du personnel supplémentaire, de déroger à l’article 36 de l’arrêté selon lequel, pour la justification des frais de personnel, seules les dépenses relatives au nombre de fonctions correspondant à la norme d'encadrement visée à l'article 10 et aux qualifications visées à l'article 11 sont admissibles.

En outre, sur la proposition de l’ONE, le Gouvernement de la fédération Wallonie Bruxelles a également décidé que les SASPE peuvent bénéficier d’une majoration des subsides pour couvrir le dépassement des normes d’encadrement, ainsi que les frais liés à la gestion de la crise, à concurrence de 5% de leur subvention pour la période du 16 mars au 17 mai 2020.

Enfin, du matériel de protection (masques chirurgicaux) a été fourni afin de renforcer les mesures de prévention primaire nécessaires afin d’éviter la propagation du COVID-19, et de protéger les personnes qui doivent l’être lorsque des cas sont confirmés dans les SASPE.

Votre indemnité COVID-19 sera fondée sur les présences déclarées via PRO-ONE.BE.

Vous trouverez toutes les informations utiles sur le calcul de l’indemnité et les conditions d’octroi via le lien : https://pro.one.be.

N’oubliez pas d’effectuer votre déclaration des présences sur Pro ONE pour le 31/05/20 au plus tard.

Écoles De Devoirs (Accueil Temps Libre)

Non.

A partir du 4 mai, les EDD « pourront reprendre leurs activités ». Il n’y a donc pas d’obligation de reprendre des activités pour cette fin d’année scolaire.

Par ailleurs, toute reprise d’activités est soumise à conditions (détaillées dans la communication du 01/05/20 et à la décision du Pouvoir Organisateur : « l’opportunité de reprendre des activités [… ], doit être déterminée par le Pouvoir Organisateur ».

La reprise, si elle est possible, sera donc différenciée pour chaque EDD, en termes de date et d’organisation.

Il se peut que les activités ne puissent redémarrer. L’identification des freins à l’ouverture est utile pour envisager la rentrée 2021.

Oui (2020)

La subvention EDD pour l’année d’activités 2019-2020 a été octroyée par l’ONE en février 2020. L’octroi de celle-ci est maintenu. L’avance a été payée. La demande de liquidation suit la procédure habituelle.

L’ONE est consciente de l’impact de cette crise sur la fréquentation. Le Service EDD communiquera prochainement pour la liquidation de la subvention 2020 et la demande de subvention 2021 (présences de l’année 2019-2020).

Le Service AES2 communiquera également prochainement pour le subside 2020 des EDD AES2 (Accueil Extrascolaire de type 2).

Des activités peuvent reprendre à partir du moment où les conditions précisées dans la communication sont réunies.

Il convient de particulièrement insister sur le critère relatif à l’encadrement exigeant la présence minimum de 2 adultes ou le fait qu’un 2ème adulte puisse être présent dans un délai raisonnable (10 min.).

La planification de la reprise d’activités doit faire l’objet d’un travail de préparation. En effet, différents temps, variables pour chaque EDD, s’avèreront nécessaires avant la reprise d’un accueil : travail en équipe, contact voire rencontre avec les familles, échanges avec les établissements scolaires et les partenaires locaux, …

Cette reprise est toujours soumise à l’évolution de la situation sanitaire et une marche arrière est possible. Toute reprise peut être retardée par l’EDD si les conditions de sécurité ou d’encadrement (des absences d’animateurs sont à anticiper) n’étaient plus réunies.

La communication du 01/05/20 a souligné certaines initiatives de soutien de familles à distance. Les EDD sont invitées, toujours en fonction de ressources disponibles (humaines, financières, matérielles), à développer ou poursuivre ces actions. Celles-ci peuvent évoluer en fonction des besoins identifiés.

Les animateurs qui ne pourraient participer à l’accueil (Ex : volontaires retraités) peuvent être associés à ces démarches.

Pour des idées concrètes en fonction de votre situation, n’hésitez pas à contacter votre Coordination régionale ou votre Conseillère du Service EDD.

Par ailleurs, il convient aussi de tenir compte que les possibilités d’accueil pourront évoluer en fonction du déconfinement (Ex : possibilité d’excursion, …). La concertation au niveau local peut également mettre en lumière des partenariats possibles (Ex : mutualisation d’espaces, …) pour répondre aux difficultés présentes. Voir à ce sujet le point « Le travail en réseau » de la brochure EDD Mode d’Emploi.

 

Non.

Pour cette fin d’année scolaire, le respect de la distanciation est prioritaire. Les infrastructures et les ressources humaines disponibles sont déterminantes pour déterminer la capacité d’accueil.

Au regard des contraintes, cette capacité risque de fortement diminuer. Chaque EDD devra déterminer ses possibilités d’organisation et la manière dont son/ses groupes pourront être constitués.

Les équipes peuvent également réfléchir sur les moyens de garder le lien à distance pour les enfants qui ne pourraient être accueillis.

Oui.

C’est un choix d’organisation possible compte-tenu que la reprise progressive des cours ne concerne pas tous les enfants et qu’un nombre limité de jours.

Oui.

Les phases de reprises économiques, dès le lundi 04 mai, liées à une reprise partielle des cours, amèneront un besoin d’accueil croissant. Les écoles devront garantir l’accueil pour les enfants de moins de 14 ans dont les parents n’ont pas d’autres solutions. La circulaire Enseignement (25/04/20) prévoit également que cet accueil concerne « des enfants vivant dans des conditions sociales compliquées ».

Les EDD sont encouragées à se concerter avec les écoles et les acteurs locaux pour coordonner aux mieux les actions.

Oui.

Selon les modalités d’inscriptions de l’EDD et en tenant compte du critère de priorité d’accès (public qui maitrise mal la langue française ou qui ne peut bénéficier d’un accompagnement à domicile).

Compte-tenu de la reprise partielle des cours pour un public limité et la capacité d’accueil en EDD plus limitée, différents choix pourraient être faits en fonction des besoins prioritaires identifiés (Ex : les enfants qui ne reprennent pas les cours dans un 1er temps, ceux d’une année certificative, …).

Non.

Les conditions du travail scolaire auront été douloureuses pour de nombreuses familles durant la période de confinement (fracture numérique, incapacité d’aider l’enfant, pas d’espace de calme au sein du logement, …). Cependant, la poursuite, autant que possible, de l’ensemble des missions des EDD s’inscrit dans une attention à toutes les composantes de la santé de l’enfant (physique, mentale, sociale) et de son bien-être (physique, mental, social), qui auront été affectées durant cette période.

Rappelons que la Ministre de l’Education a également assigné comme objectif prioritaire : « permettre à une partie des élèves de retrouver un contact avec l’école dans l’optique prioritaire d’assurer leur bien-être ».

Pour cette reprise, l’EDD peut bien sûr décider de se concentrer sur certains aspects liés à l’accompagnement à la scolarité (Ex : confiance en soi des enfants, langue française, socialisation, …).

En vue d’une complémentarité, la prise de contact avec l’école est fortement encouragée. Les enseignants sont en effet invités à identifier les enfants qui doivent faire l’objet d’un suivi spécifique.

Chacun a été affecté par cette crise. L’attention au bien-être des animateurs est fondamentale. Le document ONE "Pistes pour un temps de rencontre avec les accueillants / les animateurs" vise à aider à retrouver de la sérénité au sein de l’équipe.

Nous nous permettons d’insister sur l’importance de prendre soin de l’équipe, de ses collègues et de vous-même en vous autorisant à parler des ressentis durant cette période. En effet, en prenant soin de vous, en accueillant vos émotions, vous serez certainement plus à même d’accueillir l’enfant et sa famille. Votre Pouvoir Organisateur, votre Conseillère EDD et votre Coordination régionale peuvent également vous épauler dans cette démarche.

Comme tout changement du projet d’accueil et des pratiques, des échanges en équipe sont nécessaires. Il est recommandé que la reprise soit progressive et qu’elle tienne compte des ressources.

Rappelons que les animateurs de plus de 65 ans ou à risque ne peuvent participer à des activités d’accueil Ceux-ci peuvent prendre part à des activités à distance ou aider et appuyer à distance les animateurs qui sont présents. L’impact sur la participation des volontaires risque d’être conséquent. Les activités doivent  être adaptées en fonction. 

Téléchargez le document sur les mesures générales d’hygiène et de nettoyage.

Nous avons conscience que ces mesures sont contraignantes mais elles sont nécessaires pour la santé des enfants et des équipes. La capacité d’entretien des locaux après le passage de chaque groupe dans les locaux et en fin de journée est  un élément de régulation du nombre d’activités possible.

La participation de chacun est également importante. En effet, si les enfants et les jeunes laissent leur local propre au moment de le quitter, la tâche de nettoyage en sera facilitée.

L’important, face au nouveau cadre fixé, est de garantir une démarche d’accueil de qualité et dans la bienveillance autant que faire se peut.

Ne pas se mettre la pression en tant que professionnel est donc primordial : accueillir les craintes mais ne pas chercher à rassurer à tout prix les familles. Aucun professionnel ne peut se sentir entièrement sécurisé en cette période de doute, de méfiance et de perte de repères. L’authenticité de l’accueil, la bienveillance et la transparence seront donc vos alliés dans la remise en route de l’accueil en EDD et dans la poursuite/(re)construction d’une alliance famille-professionnels.

Le soutien à la parentalité s’adresse à tous les parents. Ceux-ci font au mieux en cette période de déconfinement mais ne sont pas des « super-héros ». Les enfants reviendront peut-être avec des difficultés vécues lors du confinement. En parler avec les familles, si l’occasion se présente, pourrait permettre de faciliter les choses avec l’enfant, de déculpabiliser chaque membre de la famille.

La prise en compte des contextes de vie est nécessaire, d’autant plus en cette période de crise. S’intéresser à l’environnement de la famille sans être intrusif pourrait soulager le parent débordé. À l’inverse, il importe également de garder un positionnement neutre face au parent qui semble indifférent face aux potentielles difficultés de l’enfant : chaque personne rencontre de nouvelles contraintes, professionnelles ou quotidiennes face à l’épidémie.

Le retour d’un enfant est à préparer. Un contact avec les parents est indispensable pour un échange d’information afin de :

  • Prendre des nouvelles ;
  • Préciser l’organisation ;
  • Expliquer les nouvelles règles ;
  • Soulever les points d’attention en matière de santé de l’enfant (l’avis d’un médecin est recommandé dans le cas d’une maladie chronique) ;
  • Répondre aux interrogations ;
  • Planifier ses présences en fonction des nouvelles modalités d’organisation.

D’autres pistes sont reprises en fin du document ONE "Recommandations organisationnelles et sanitaires, d’hygiène et de nettoyage au sein des établissements scolaires et des accueils extrascolaires dans le contexte d’épidémie du COVID-19"

Les EDD qui ne pourraient se procurer des masques dans leur réseau local sont invitées à prendre contact avec le Service EDD (accueil-edd(at)one.be). L’ONE s’organise en effet pour fournir des masques aux animateurs, mais ne peut confirmer pour l’instant une date précise.

Le port de masque est notamment recommandé lors de l’accueil de l’enfant en présence de son parent.

Si  le  port  de masque  se  fait  de  manière  discontinue  sur  la  journée, lorsque le masque est retiré, il doit être  rangé dans une  pochette  en  tissu  lavable ou dans  une  boîte  hermétique jusqu’à sa prochaine utilisation.

Les enfants de  moins  de  12  ans,  ne  doivent  PAS  porter  de  masque et  cela n’est pas recommandé. Ils risquent, en effet, de manipuler celui-ci fréquemment, voire jouer avec ou l’échanger, ce qui augmente la probabilité de contamination.

Les enfants de 6ème primaire sont eux, invités à porter le masque.

Oui (pour l’instant seulement dans les infrastructures de l’EDD).

Si elles sont encouragées, les activités à l’extérieur doivent, pour l’instant, impérativement se tenir dans les infrastructures d’accueil, en attente de levée des mesures liées à la fréquentation des espaces publics.

Un rang à partir de l’école concernerait un nombre limité d’enfants à partir du 18 mai. Nous vous invitons à identifier les besoins, en l’attente de consignes précises concernant les déplacements de groupes.

Les contraintes de distanciation demandent de revoir la capacité d’accueil, en tenant compte des infrastructures, de l’agencement des locaux, du nombre d’animateurs, … Elles impliquent aussi de penser une nouvelle gestion de l’espace et d’adapter les activités : pouvoir se déplacer mais éviter de se croiser, échanger mais garder ses distances, jouer ensemble tout en préservant un périmètre individuel, …

Chacun doit se sentir en sécurité et concerné par ces nouvelles règles. Il est important d’impliquer les enfants, ceux-ci peuvent, par exemple, imaginer de nouveaux modes de communication pour s’entraider, coopérer, … (symboles/codes couleur, messages à afficher, ardoises, …).

Si un contact à moins de 1.5m est inévitable, il est recommandé de le limiter à la plus courte durée possible, ne dépassant pas les 15 minutes.

Compte-tenu de cette réorganisation, la manière de constituer le/les groupe(s) animera  les équipes et demandera, face aux besoins, des choix difficiles. Il est donc important que les paramètres privilégiés pour composer ces groupes soient clairs pour tous.

Il est important de revenir en équipe sur les mesures. Leurs effets méritent d’être discutés en gardant à l’esprit le bien-être des enfants, de leur famille et des animateurs, Prendre du recul par rapport à l’impératif de santé publique est important, considérant que ces  normes de distanciation peuvent avoir des conséquences sur la santé (physique, mentale, sociale) et peuvent engendrer un sentiment d’exclusion.

Non.

Pour les enfants, le lavage des mains à l’eau et au savon doit être privilégié : à l’arrivée de l’enfant ; avant et après le goûter ; avant d’aller aux toilettes et après y être allé ; après s’être mouché.

Le lavage des mains à l’eau et au savon doit durer 40 à 60 secondes. Il est important d’apprendre aux enfants à bien se laver les mains et les accompagner régulièrement dans cette démarche.

En l’absence de point d’eau à proximité, utiliser un gel hydroalcoolique. Ceci est à éviter pour les enfants en bas âge.

Pour les écoles : « Toutes les écoles doivent être équipées en savon, gel hydroalcoolique et serviettes en papier. Tous les élèves et membres du personnel doivent se laver les mains en entrant à l’école, et avant de quitter l’école. » (Circulaire 7550 de l’enseignement).

Oui.

Pour autant que ceux-ci soient adaptés aux activités et qu’ils offrent les garanties d’hygiène et de sécurité nécessaires tout comme lors d’activités ponctuelles en dehors des murs de l’EDD.

La poursuite des activités de l’EDD, pour cette fin d’année scolaire, dans une infrastructure plus adéquate, peut faire l’objet d’une concertation au niveau local. En cette période de confinement, la possibilité d’accès, pour les enfants, à des espaces, intérieurs ou extérieurs, spacieux, où ils peuvent bouger est vital pour leur bien-être.

Accueil Extrascolaire (Accueil Temps Libre)

A partir du 4 mai, l’accueil extrascolaire sera accessible aux enfants dont les parents exercent une fonction dans le secteur des soins de santé et des secteurs vitaux et services essentiels. Il en va de même pour les enfants qui relèvent de situations sociales spécifiques (mandat SPJ...) ou qui relèvent eux-mêmes d’une situation sociale particulière. Enfin il en est également ainsi pour les enfants de parents qui sont au travail ou qui retournent au travail ou qui n’ont d’autres choix que de confier la garde de leurs enfants aux grands-parents qui sont un public fragile.

Oui. En période scolaire, l’accueil des enfants organisé avant et après les cours (soit à l’intérieur des écoles soit en dehors des écoles pour les élèves fréquentant des écoles dans lesquelles aucun accueil n’est organisé en dehors des heures scolaires) est maintenu.

Pour ne pas mélanger les groupes d’enfants, et ainsi faciliter la transmission du virus, les écoles, le cas échéant en collaboration avec les autorités communales, assureront une continuité dans la prise en charge des enfants dont les parents exercent une fonction dans le secteur des soins de santé et des secteurs vitaux et services essentiels. Il en va de même pour les enfants qui relèvent de situations sociales spécifiques (mandat SPJ...) ou qui relèvent eux-mêmes d’une situation sociale particulière. Enfin il en est également ainsi pour les enfants de parents qui sont au travail ou qui retournent au travail ou qui n’ont d’autres choix que de confier la garde de leurs enfants aux grands-parents qui sont un public fragile.

Un seul parent, idéalement le même, emmène l’enfant à l’accueil extrascolaire et porte un masque. Le parent qui emmène l’enfant : 

  • Ne doit pas faire partie des personnes à risque
  • Ne doit pas présenter de symptômes de COVID-19 (fièvre, toux, difficulté respiratoire, ou autre symptôme compatible avec une infection COVID-19).

L’équipe veille à respecter et faire respecter les mesures de distanciation physique : rester à une distance d’1,5m des parents, ne pas serrer la main, ni embrasser. Limitez le temps d’échange oral présentiel avec le parent. Un temps d’échange par téléphone peut être suggéré, avec les parents, si des inquiétudes subsistent.

  • En plus des mesures barrière (distance physique, lavage régulier des mains, tousser dans son coude, …), le port du masque en tissu est recommandé pour les professionnels. Il est indispensable notamment lors des moments detransition avec les familles (matin et fin de journée) et lors d’échanges entre adultes. Il vous est donc demandé de porter un masque dans ces moments.
     
  • Les enfants de moins de 12 ans ne doivent PAS porter de masque, seul les enfants à partir de la 6ème primaire le porteront. En effet, porter un masque n’est pas une mesure efficace pour les enfants car ceux-ci éprouvent des difficultés à respecter les conseils de bonne utilisation.
     
  • En présence des enfants, le port du masque par les professionnels est recommandé.
     

Centres de vacances (Accueil Temps Libre)

Le Conseil National de Sécurité doit se prononcer d’ici fin mai ou au plus tard pour le 8 juin à ce sujet. L’ONE veillera à vous communiquer toutes les informations utiles dès que possible.

Tous professionnels

Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a pris la décision d’assouplir, moyennant le respect de certaines conditions, les obligations en matière subventions, en vue de permettre leur maintien même si des activités n’ont pas pu avoir lieu, et de mettre en place un fonds de soutien pour venir en aide aux secteurs en difficulté en Fédération Wallonie-Bruxelles, dont celui de l’enfance. Ce fonds de soutien s’ajoute aux mesures prises aux niveaux fédéral et régional pour soutenir l’emploi.

Les mesures prises visent à vous soutenir, en tant qu’opérateur bénéficiaire d’une subvention, d’une reconnaissance ou d’un agrément ou pour vous octroyer des dérogations pour maintenir tout ou une partie d’une subvention.

Vous trouverez toutes les informations utiles à ce sujet en accédant au site :  https://covid.one.be

La liste des symptômes compatibles avec une infection COVID-19 a évolué. Selon la dernière mise à jour de Sciensano les symptômes les plus fréquents sont :

  • toux ;
  • difficultés respiratoires ;
  • douleur thoracique ;
  • perte de goût et/ou d’odorat sans cause apparente;

 

Mais d’autres symptômes doivent également être pris en compte tels que :

  • fièvre ;
  • douleurs musculaires ;
  • fatigue ;
  • rhinite (encombrement ou écoulement nasal) ;
  • maux de gorge ;
  • maux de tête ;
  • perte d’appétit ;
  • diarrhée aqueuse sans cause apparente ;

Chez les personnes présentant des symptômes respiratoires chroniques (toux chronique, asthme…), toute aggravation de leurs symptômes habituels peut être un signe d’infection COVID-19.

Chez les enfants peuvent être présents les mêmes symptômes que chez l’adulte mais certains sont difficilement observables selon l’âge (notamment chez les enfants en bas-âge).

S’agissant d’un nouveau virus, cette liste de symptômes n’est pas exhaustive, et sera actualisée au fur et à mesure des connaissances acquises sur le virus. Dans le contexte actuel d’épidémie, nous appelons donc à la prudence.

  • A l’heure actuelle des connaissances acquises sur le Coronavirus (COVID-19), les dernières études ont mis en évidence que les personnes atteintes de COVID-19 peuvent être contagieuses même si elles n’ont pas de symptômes, juste avant d’être malades (1-2 jours avant). De plus, il existe également des personnes contaminées qui ne développent pas de symptômes (porteurs asymptomatiques). Par principe de précaution, le port d’un masque généralisé, et pas seulement par les personnes malades symptomatiques, constitue donc une barrière utile pour diminuer la transmission du virus dans la population. Le port de masque par la population générale a donc été inclus dans la stratégie de santé publique choisie par le centre de crise fédéral pour la phase dite de déconfinement.
     
  • Les masques FFP2 et chirurgicaux restent destinés en priorité aux professionnels de santé qui prodiguent des soins à des patients infectés. Pour la population générale sont recommandés les masques en tissu dits « de confort ».
     
  • Le port de masque est une mesure supplémentaire qui complète les gestes barrière mais ne se substitue en aucun cas aux autres mesures d’hygiène des mains, de distanciation sociale, et aux mesures organisationnelles, sanitaires, d’hygiène et de nettoyage recommandées aux collectivités d’enfants.

Les enfants de moins de 12 ans ne doivent PAS porter de masque. Seuls les enfants à partir de la 6ème primaire devront le porter.

Le port de masque chez des enfants en bas-âge et jeunes enfants n’est pas recommandé.

Ce type de masque ne convient pas aux enfants de moins de 2 ans (risque d’étouffement) et l’efficacité est moindre chez les enfants de manière générale (difficultés de respecter les règles d’hygiène strictes nécessaires à sa bonne utilisation). Le port du masque n’est recommandé que pour les personnes qui peuvent le faire correctement.

Porter et entretenir un masque en tissu de manière efficace (affiche)

AVANT :

 

  • Se laver les mains
  • Manipuler le masque par les élastiques ou les rubans et ne pas toucher l’intérieur

PENDANT :

  • Bien recouvrir le nez et la bouche jusqu’au menton
  • Éviter de toucher le masque
  • Si on le touche par inadvertance, se laver les mains

APRÈS :

  • Se laver les mains avant de toucher le masque
    Retirer le masque par les élastiques
  • Le mettre dans un récipient de transport lavable
    Ne pas le mettre en poche
  • Se laver les mains après l’utilisation du masque

 

De manière générale :

  • Ne pas se toucher les yeux, le nez et la bouche pendant l’utilisation du masque (que ce soit ou moment de la mise en place, pendant son utilisation ou lors du retrait)
  • Laver le masque à 60°ou à une température plus basse avec du détergent/savon et le repasser ensuite à haute température.
  • Ne pas l’utiliser plus de 8h
  • En toutes circonstances, le remplacer dès qu’il est taché, humide ou détérioré

Porter un masque chirurgical de manière efficace (affiche) :

AVANT :

  • Se laver les mains
  • Manipuler le masque par les élastiques et ne pas toucher l’intérieur
  • Positionner le masque de façon à ce que la face colorée soit à l’extérieur, la face blanche en contact de la peau

PENDANT :

  • Positionner le masque de façon à ce que la partie métallique soit placée au-dessus du nez
  • Bien recouvrir le nez et la bouche jusqu’au menton
  • Pincer au niveau du nez pour augmenter l’étanchéité
  • Éviter de toucher le masque
    Si on le touche par inadvertance, se laver les mains

APRÈS :

  • Se laver les mains avant de toucher le masque
    Retirer le masque par les élastiques
  • Le jeter directement dans une poubelle qui peut se fermer
    Ne pas le mettre en poche
  • Se laver les mains après la manipulation

 

De manière générale :

  • Ne pas se toucher les yeux, le nez et la bouche pendant l’utilisation du masque (que ce soit ou moment de la mise en place, pendant son utilisation ou lors du retrait)
  • Ne pas l’utiliser plus de 8h
  • En toutes circonstances, le remplacer dès qu’il est taché, humide ou détérioré

 

Le suivi des contacts est une méthode permettant d’identifier les personnes qui ont été en contact avec un porteur, confirmé ou très probable du Covid-19 . Pour dépister ces personnes, il est important de pouvoir les informer qu’elles ont été en contact avec un porteur du virus et leur donner les conseils adaptés. Chacun peut ainsi faire particulièrement attention à son hygiène personnelle et contribuer à ralentir la propagation.  

Grâce au suivi des contacts, nous pouvons ensemble contrer une éventuelle deuxième vague du virus.

Si vous présentez un des symptômes liés au coronavirus, contactez votre médecin. Celui-ci décidera éventuellement de vous faire faire un test de dépistage. Dans ce cas la démarche est la suivante :

  • Isolez-vous à la maison.
  • Essayez de faire une liste des personnes avec lesquelles vous avez eu des contacts au cours des deux jours précédant vos symptômes (par exemple : les membres de votre famille, vos collègues, un ami ou une amie avec lequel/laquelle vous avez fait une promenade, le facteur à qui vous avez parlé, …).
  • Si cela est possible, votre liste devrait reprendre, si vous les connaissez, le nom, le numéro de téléphone, l’adresse postale, la date de naissance, et l’adresse email de ces personnes de contact.
  • Si le résultat est positif, vous et vos contacts recevrez un appel ou une visite d’un collaborateur des autorités et le tracing débutera.

Il est important que vous répondiez à ses questions de la manière la plus complète possible :

  • Il ou elle vous demandera la liste des personnes de contact que vous aurez constituée.
  • Vous devrez également donner des informations sur vous-même, pour que votre situation puisse être évaluée concrètement : votre date de naissance, votre état de santé général, votre emploi, vos contacts avec des personnes à risques, etc.

Ces données seront traitées en toute confidentialité (voir question ci-dessous). Grâce à votre collaboration, les personnes avec lesquelles vous aurez eu des contacts seront averties à temps et pourront, si nécessaire, suivre leurs éventuels symptômes.

Vous avez eu un contact à haut risque si votre contact avec cette personne a duré plus de 15 minutes et était proche (moins d’1,5m de distance).  Par exemple : une personne qui vit sous le même toit que vous, un collègue assis près de vous au bureau, un ami ou une amie de l’école. Dans ce cas, voici ce qu’il va se passer :

  • Vous restez 14 jours à la maison en isolation.
  • Vous ne pouvez pas aller travailler à l’extérieur de chez vous mais vous pouvez télétravailler si cela est possible.
  • Vous pouvez sortir dans votre jardin, sur votre terrasse et aller à votre boite aux lettres.
  • Vous pouvez quitter votre logement pour des achats essentiels, comme l’alimentation ou les médicaments. Vous devez porter un masque buccal et éviter les contacts avec les autres. Vous ne pouvez pas recevoir de visites à votre domicile.
  • Vous devez appeler votre médecin généraliste si vous développez des symptômes liés au coronavirus.

Vous avez eu un contact à bas risque si votre contact a été très bref, par exemple avec un collègue assis loin de vous au bureau. Dans ce cas, voici ce que vous pouvez faire ?

  • Privilégiez le télétravail. Si ce n’est pas possible, vous pouvez aller travailler ou aller à l’école mais en couvrant votre nez et votre bouche, par exemple avec un masque buccal.
  • Limitez vos contacts physiques autant que possible. Parlez avec votre famille et vos amis via des applications en ligne. Faites particulièrement attention pendant les 14 jours suivants à garder suffisamment de distance.
  • Lavez vos mains soigneusement et souvent.
  • Couvrez votre nez et votre bouche lorsque vous quittez la maison (par exemple, avec un masque buccal)
  • Appelez votre médecin généraliste et isolez-vous si vous présentez des symptômes.

 Vos données seront traitées de manière totalement confidentielle.  

  • L’information que vous transmettez ne sera utilisée que pour transmettre les conseils adaptés à vos personnes de contact. Cela vous permet de contribuer à freiner la propagation du virus.
  • Seul le service compétent aura accès à votre liste de contacts. Ni votre travail, ni votre famille, ni votre école, ni la police, ni d’autres autorités publiques ne pourront la consulter.  
  • Les personnes de votre liste de contact ne seront pas informées de votre nom lorsqu’elles seront appelées. Vous resterez anonyme.
  • Le collaborateur qui appellera les personnes de votre liste de contact est tenu au secret professionnel et vos données sont conservées dans une base de données sécurisée.
  • Les informations que vous transmettez ne seront pas utilisées pour vérifier que vous respectez bien les mesures. Elles ne sont pas partagées avec la police, la Justice ou un autre service de contrôle.

Le collaborateur de l’autorité peut vous contacter de différentes manières : par téléphone via le numéro 02/214.19.19 ou par SMS via le numéro 8811. Ce sont les seuls numéros qui seront utilisés. Un agent de terrain peut également venir chez vous, uniquement dans le cas où le call center n’a pas réussi à vous joindre par téléphone à plusieurs reprises (appel passé du 02/214 19 19).