Description du secteur école de devoirs

Voici les différents acteurs qui travaillent activement au sein du secteur des écoles de devoirs:


ONE

L'Office s'est vu attribué différentes responsabilités au sein du secteur des écoles de devoirs. En effet, il est amené à:

  • Décider de la reconnaissance des écoles de devoirs en vertu de divers critères: pédagogiques, administratifs (PFP), relatifs au public accueilli et à l'encadrement;
  • Octroyer des subventions aux écoles de devoirs en vertu de critères supplémentaires: moyenne des présences, horaires d'ouverture et priorité d'accès;
  • Assurer un accompagnement qualitatif subsidiairement à la Coordination et auprès des écoles de devoirs non affiliées;
  • Contrôler.

Fédération francophone et Coordinations régionales

 

Il existe une Fédération francophone des Ecoles de Devoirs( FFEDD) et cinq Coordinations régionales : Brabant wallon, Hainaut, Liège, Bruxelles et Namur - Luxembourg.

Le décret établit les normes de reconnaissance et de subventionnement tant pour les écoles de devoirs que pour la Fédération et les Coordinations régionales. C'est le Ministre de la Jeunesse qui se charge de la reconnaissance de la Fédération et des Coordinations dont les dossiers sont traités par le Service Jeunesse de la Communauté française.

 

1. La Fédération francophone des écoles de devoirs

La FFEDD est chargée de diverses missions de soutien aux coordinations régionales et au secteur. Elle est notamment amenée à: 

  • Élaborer et diffuser des outils pédagogiques
  • Publier un périodique au moins trimestriel (« La Filoche »)
  • Tenir un centre de documentation
  • Soutenir le travail des coordinations régionales
  • Tenir une permanence téléphonique
  • Réaliser des études, colloques et toutes autres actions pédagogiques ou de valorisation concernant les écoles de devoirs

Elle doit également élaborer un programme annuel de formation continuée à destination des animateurs et des coordinateurs des écoles de devoirs, en concertation avec les coordinations régionales et évaluer régulièrement ce programme.


2. Les Coordinations régionales

Les Coordinations développent elles aussi différentes formes d'actions de soutien aux EDD, notamment:

  • Organiser une offre de formation continuée en fonction des besoins identifiés par les école de devoirs de leur ressort territorial
  • Fournir une aide à la création de nouvelles EDD
  • Élaborer et diffuser des outils pédagogiques, en collaboration avec la Fédération
  • Tenir régulièrement des réunions à destination des EDD
  • Informer le public quant à l’existence et aux caractéristiques des EDD.

Commission d'Avis

La Commission a pour mission générale de conseiller le Gouvernement et l’ONE sur la politique de soutien aux écoles de devoirs et de veiller à l’articulation et à la concertation entre les différents partenaires chargés de l’application et de l’accompagnement prévu dans le décret.

Elle peut être saisie, par le Ministre de l’Enfance, par le Ministre de la Jeunesse ou par l’ONE, de toute question relative aux écoles de devoirs. Elle peut également se saisir d’initiative de toute question relative aux écoles de devoirs et donner son avis sur celles-ci.

La Commission d'Avis est notamment appelée à formuler, à l’intention du Ministre de l’Enfance, du Ministre de la Jeunesse et de l’ONE, un avis à propos des recours prévus dans le décret c'est-à-dire en cas de refus de reconnaissance, de refus d'équivalence ou à propos des exceptions prévues en matière de nombres d'écoles dont sont issus les enfants de l'école de devoirs. Elle est également sollicitée à donner un avis sur tout projet de modification du décret ou de ses arrêtés, sauf en ce qui concerne sa propre composition.

La première réunion de la Commission s'est déroulée le 9 juin 2005. Le mandat des membres est de cinq ans et est renouvelable. Une nouvelle Commission d'Avis s'est donc mise en en place en 2010.

 

Observatoire de l'Enfance, de la Jeunesse et de l'Aide à la Jeunesse (OEJAJ)

L'OEJAJ a principalement pour missions de:

  • Dresser un inventaire permanent:
    - des politiques et données sociales en matière d'enfance, de jeunesse et d'aide à la jeunesse;
    - des institutions et associations compétentes dans les matières de l'enfance, de la jeunesse et de l'aide à la jeunesse, de leur utilisation et de leur accessibilité;
  • Emettre des avis sur toutes les questions relatives aux matières qu'il traite, d'initiatives ou à la demande;
  • Réaliser ou faire réaliser des études et recherches scientifiques relatives à ces matières et tenir un inventaire des études et recherches scientifiques réalisées;
  • Promouvoir et faire connaître toute initiative dont l'objectif est d'améliorer la situation des enfants et des jeunes en Communauté française;
  • Faire des recommandations visant à favoriser la collaboration entre l'ONE et les services du Gouvernement ainsi qu'entre ceux-ci et les associations.

Par rapport au secteur des écoles de devoirs, il établit tous les trois ans un état des lieux des réalisations, des besoins et des enjeux rencontrés par les écoles de devoirs dans leur ensemble, de façon à permettre une gestion dynamique de ce secteur d'activités et, le cas échéant, un réajustement des politiques publiques les concernant.

L'OEJAJ a publié son deuxième état des lieux des écoles de devoirs sur base de l'analyse des rapports d'activités de 2011 à 2014 :

Version complète: "Ecoles de devoirs: Etat des lieux des réalisations, des besoins et des enjeux"

Service de la Jeunesse

 

Au sein du Ministère de la Communauté française, le Service de la Jeunesse fait partie du Service Général de la Jeunesse et de l'Education permanente, un des cinq secteurs de la Direction Générale de la Culture.

Le Service de la Jeunesse est chargé de mettre en oeuvre la politique de la jeunesse de la Communauté française dont le but principal est de favoriser la participation individuelle et collective des jeunes pour l'apprentissage d'une citoyenneté responsable, active, critique et solidaire.

 

Par rapport au secteur des écoles de devoirs, il exerce les rôles suivants:

  • Reconnaissance et subventionnement des Coordinations régionales et de la Fédération francophone des EDD;
  • Reconnaissance des organismes de formation habilités à organiser la formation d'animateur et de coordinateur en EDD;
  • Octroi des brevets animateurs et coordinateurs EDD et le traitement des équivalences à ceux-ci.
haut de page