Office de la Naissance et de l'Enfance
Chaussée de Charleroi 95
1060 Bruxelles

Tél: (02) 542.12.11
Fax: (02) 542.12.51
Courriel: info@one.be

 

Nez irrités ?

30.04.2012

Flash is required!

Air de Familles n°374



Lire l'interview du spécialiste

Anne Pochet

Rhume des foins, allergie au pollen, aux graminées font partie des réjouissances printanières ou presque, car si ces réactions sont saisonnières, elles aussi peuvent s’installer pour des années et parfois évoluer vers des maladies plus graves, comme l’asthme. D’où l’intérêt d’un diagnostic précis et d’un traitement adapté.

Docteur M. Winkler, Conseillère pédiatre ONE

Le diagnostic est basé sur la recherche d’antécédents d’allergie chez l’enfant et dans la famille et sur l’analyse des conditions d’installation des symptômes et du type de symptômes : un nez qui coule tout le temps, un nez bouché, un nez qui chatouille, les yeux qui larmoient, des éternuements en salve, ce sont vraiment des symptômes typiques. C’est une maladie qui s’installe généralement entre sept et dix ans chez l’enfant.


Anne Pochet

Il y a différents pollens responsables de rhinite allergique : celui des arbres dont la pollinisation a lieu chez nous en avril ; celui de graminées qui fleurissent entre mai et fin juillet et enfin, en août, le pollen des plantes herbacées qui poussent le long des chemins ou des terrains vagues. Mais selon les conditions atmosphériques, des différences peuvent apparaître d’une année à l’autre dans les périodes de pollinisation.

Dans tous les cas, dès l’apparition des symptômes, il importe de consulter un médecin. Bien sûr, un nez qui coule n’est pas grave en soi, mais cela peut altérer la qualité de vie, perturber le sommeil et l’humeur de l’enfant. Inutile de subir d’autant que sans traitement, les symptômes peuvent s’aggraver et parfois se transformer en asthme.

Docteur M. Winkler, Conseillère pédiatre ONE

Le traitement dans les formes légères est simple : un sirop antihistaminique, des gouttes, mais si on n’arrive pas à contrôler les symptômes ou s’il y a une aggravation d’année en année, il faudra envisager une désensibilisation. Actuellement, elle se fait souvent par voie sublinguale.


Pour en savoir plus

Aujourd’hui, la désensibilisation est plus facile et ses effets peuvent persister entre 3 et 12 ans après l’arrêt du traitement. De plus, elle a un effet préventif contre l’apparition de nouvelles allergies. N’hésitez plus ; parlez-en à votre médecin, car la désensibilisation est d’autant plus efficace qu’elle est précocement pratiquée.


Contact

N'hésitez pas à appeler le Service Communication Externe de l'ONE:

(02) 542.15.71


Mentions légales | Copyright © 2005 ONE - Tous droits réservés | Plan du site