Collaborations et partenariats

Face aux développements institutionnels passés mais aussi à venir et à la complémentarité/complexité des intervenants, l'intervention d'un seul acteur social se révèle le plus souvent insuffisante ou inefficace. L'ONE ne déroge pas à cette évidence. Un travail en partenariat s'impose afin de mutualiser les approches et les compétences dans l'intérêt des familles et de leurs enfants.

Depuis sa création en 1919, l'Oeuvre Nationale de l'Enfance, puis en 1983, l'Office de la Naissance et de l'Enfance, bien qu'établissement public, a vu son développement intrinsèquement lié à celui des oeuvres et/ou mouvements sociaux, féminins ou d'éducation permanente. Ceux-ci en étaient constitutifs dés sa fondation en vue de venir en aide aux familles par une aide alimentaire et de lutter contre la mortalité infantile dans le contexte de la première guerre mondiale de 1914-1918. L'ONE a toujours établi son intervention dans une logique de subsidiarité. Ce qui signifie qu'il encourage les initiatives locales (aides financières) et leur fixe un cadre de fonctionnement (agrément). L'ONE ne prenait l'initiative qu'un cas de carence des oeuvres: sociétés de retraites, les caisses d'épargne et de prévoyance, les mutuelles, les coopératives, les syndicats, etc.

Des partenaires essentiels

Les acteurs locaux publics, associatifs ou encore privés, sont depuis considérés comme des partenaires essentiels des politiques menées par l'Office. C'est d'ailleurs dans le souci de dynamiser le lien avec les partenaires que le Conseil d'avis de l'ONE vu le jour.

L'Office est soutenu dans ces missions par l'investissement de plus de 4000 bénévoles qui oeuvrent au quotidien pour favoriser l'accompagnement et l'accueil des enfants et de leurs parents. Ce bénévolat a connu une évolution importante car les conditions même du volontariat ont évolué au fil du temps et la nature des prestations demandées aux volontaires également. Ces changements sont dûs, notamment en ce qui concerne le profil des bénévoles, aux nouvelles exigences de conciliation entre la vie professionnelle et familiale ainsi qu'aux nouvelles conceptions du don-contre-don pour les plus jeunes. Lors organisations ont quant à elles une nécessité de compétence accrue des volontaires, tout en devant veiller à la bonne cohabitation entre salariés et volontaires.

Suite aux différentes réformes institutionnelles dans les années 80, les matières dites personnalisables (l'enseignement, la recherche, la culture, la promotion de la santé, l'Aide à la jeunesse et les matières confiées à l'ONE) allaient relever des Communautés. Mais dans le même temps, cette nouvelle organisation de l'Etat belge allait rendre plus complexe l'action de l'Office et sa coordination aux autres administrations par la démultiplication des niveaux de pouvoir et la répartition des compétences entre eux. En vue de maximiser la cohérence et l'efficience dans les politiques menées, l'Office s'est engagé au fur et à mesure et jusqu'à aujourd'hui dans le développement de conventions, d'accords de partenariat ou de collaboration avec d'autres acteurs publics (Communes, Provinces, Direction générale de l'Aide à la Jeunesse, AWIPH, Phare, SPW, DG05, etc.).